La Dénazification: mission impossible

A l’occasion de la nouvelle saison de la série documentaire Les Coulisses de l’Histoire, le réalisateur Mickaël Gamrasni a fait le choix de se plonger dans les archives des deux Allemagnes de l’après-guerre pour interroger un passé qui ne passe pas : la dénazification…

La dénazification est un mythe qui résiste au temps. Ce néologisme inventé par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale n’a pas cessé d’être redéfini par des générations d’Allemands et encore très récemment dans une actualité marquée par de nouveaux procès contre d’anciens criminels nazis jugés en Allemagne.

Longtemps résumée au procès de Nuremberg, le modèle indépassable d’une justice appliquée avec rigueur, cette dénazification allemande est aujourd’hui l’objet d’une réflexion plus vaste. L’historiographie ne la présente plus comme le point final du nazisme, mais au contraire, comme le point de départ du rétablissement de la démocratie en Allemagne après 1945, avec des effets considérables sur la mémoire encore 75 ans plus tard…

À la fin de la guerre, les Alliés ne veulent pas seulement éradiquer l’influence nazie, mais aussi « rééduquer » les Allemands, sans définir de règles, parfois dans l’arbitraire absolu et alors que le germe d’une division Est-Ouest effrite les ambitions initiales. De quoi disculper finalement un peuple entier qui ne sera presque plus inquiété…

Car la désunion des Vainqueurs place les Allemands de part et d’autre du rideau de fer et rend la dénazification secondaire avec la guerre froide. Si les trajectoires de nazis notoires parvenus jusqu’en Amérique latine ou vers d’autres terres de refuge sont désormais connues, le sort de toutes sortes d’individus compromis, restés en Allemagne, a été très longtemps passé sous silence, dans l’anonymat de deux sociétés allemandes en pleine reconstruction, devenues amnésiques.

Après des décennies d’occultation, de nouvelles tentatives de dénazification secouent les années 60, sous la pression d’une guerre des mémoires est- et ouest-allemandes, de personnalités juives comme le magistrat Fritz Bauer ou de la deuxième génération qui demande des comptes à ses aînés… Jusqu’à la chute du Mur, la rencontre de deux échecs : à l’Est comme à l’Ouest, l’oubli a prévalu sur la justice. L’Allemagne doit vivre avec ses fantômes.

Mickaël Gamrasni

Auteur-réalisateur

La Dénazification, mission impossible, un épisode inédit des Coulisses de l’Histoire, produit par Cinétévé, à découvrir prochainement sur Arte et Arte.tv.

 

La dénazification