Sans réseau

Synopsis

 

« Une claque magistrale »

TELELOISIR

« Déconcertant mais assurément rafraichissant »

TELERAMA

« Un film qui pose une question cruciale »

LE NOUVEL OBSERVATEUR

« Poétique et étrange »

TELE 2 SEMAINES

« Bouleversant »

TV GRANDES CHAINES

Synopsis

Perché dans les Pyrénées ariégeoises, à la lisière de la frontière espagnole, le village d’Ustou est une zone blanche. C’est un “trou noir” ; une partie du territoire où les réseaux mobiles y sont inexistants, et où les connexions internet sont rares. Au coeur de cette zone blanche, une petite bande d’ados perdus dans la montagne, rêve d’être enfin connectée, pour vivre à la même vitesse que tous les autres jeunes de leur âge… Teddy, Pierre et Dali galèrent au quotidien pour trouver un peu de réseau.
Mais les choses s’apprêtent à changer… Une antenne sera bientôt installée.
Sans réseau propose une immersion dans les vestiges d’un monde voué à s’éteindre définitivement.

Les personnages

Pierre

Pierre est un adolescent atypique. Grande gueule, l’accent “chantant” très prononcé, il ne s’exprime qu’à travers des expressions imagées, pour la plupart inventées de toutes pièces. Provocateur, c’est un garçon bien plus complexe et sensible qu’il n’y paraît. Pierre parcourt les routes de montagne au guidon de sa moto flambant neuve et habite dans un chalet perché au-dessus du village, où il ne capte rien. Comme tous les ados de son âge, Pierre voudrait que les réseaux sociaux fassent partie de sa vie. Si Pierre attend l’antenne, il avoue aussi à demi-mots qu’il la redoute un peu. Il a peur que « ça change quelque chose ». Entre les lignes : que se brise l’équilibre fragile qui lui a permis d’imposer sa personnalité fantasque dans ce village isolé.

Teddy

Teddy est la parfaite antithèse de Pierre. C’est un garçon timide et mélancolique qui vit seul avec son père depuis le décès de sa mère. L’ado habite un peu à l’écart du centre du village, « à la fin de la route ». Pour voir du monde, il faut se débrouiller, : mobylette, moto, 4L et 4×4 de son père, sont régulièrement empruntés… Du haut de ses 15 ans, Teddy sait tout conduire et tout réparer. Et personne ne semble surpris de le voir au volant. Lui non plus ne capte pas. Alors il partage son temps entre les jeux vidéos, comme n’importe quel ado, et les activités agricoles de sa famille de bergers, pour qui il a un immense respect. Plus renfermé que Pierre et Dali, voire taiseux, Teddy semble toujours un peu en décalage. Il avoue que sans réseaux sociaux, la solitude est un peu pesante.

Dali 

Dali est la seule adolescente du coin. Cette jeune fille de 16 ans, pleine d’humour et de malice, apporte un vrai vent de fraîcheur dans ce village oublié. Comme tous les jeunes de son âge, Dali est sur les réseaux sociaux. A la différence près qu’elle ne peut se connecter qu’au lycée… Même si elle ne capte pas, Dali ne lâche jamais son smartphone. Détourné de sa fonction première, l’adolescente n’arrête pas de prendre des photos avec son appareil. Quand elle fait un « snap » elle sait pourtant qu’il lui est impossible de le mettre en ligne.

Elisabeth

Electro-hypersensible, Elisabeth, est contrainte de vivre dans l’errance, à cause des effets que provoquent les ondes sur son organisme : maux de tête, migraine, fatigue, perte de connaissance, perte de mémoire… Pour ne plus souffrir, Elisabeth a vécu pendant des années dans les endroits les plus éloignés : une grotte, une cave à champignons, une cabane perdue dans la neige… Aujourd’hui, Elisabeth vit sans électricité, dans une caravane installée au milieu de la forêt, à quelques kilomètres d’Ustou. Sa seule manière d’exister : taper des lettres à la machine où elle raconte son quotidien…

Viollette 

Viollette est elle aussi électro-hypersensible. Chaque sortie hors de sa maison lui provoque maux de tête, fatigue et perte de mémoire… Isolée, recluse, Viollette vit en vase-clos dans un ancien moulin, maladroitement retapé, avec sa mère – electrohypersensible, elle aussi – et son père, un hippie anglais. L’ado devrait être dans le même lycée que Dali et Teddy mais depuis la classe de cinquième, elle a opté pour une scolarité à domicile. Viollette vit dans une prison dorée, totalement coupée du monde. Atrocement seule, la jeune fille passe le plus clair de son temps à lire ou à errer dans la nature.

Actualités du film

 

Avant-première de Sans Réseau au théâtre Lepic

Diffusion de « Sans Réseau » le mardi 25 juin sur France 2

Sans Réseau au Festival international du film de Montagne

  • Langues

    Français
  • Auteur

    Antoine Jaunin et Romain Quirot
  • Équipe technique

    Produit par Lucie Pastor et Fabienne Servan Schreiber

    Musique originale composée et interprétée par : Etienne Forget

    Montage & image : Romain Quirot

    Son : Antoine Jaunin

    Commentaire dit par : Michel Papineschi
  • Édition musicale

    Co-édition
  • Festival

    Festival de Luchon (2018)