SPECTACLE VIVANT

PARTAGER

- EN SAVOIR PLUS

- LIEN :

http://cineteve.com/spectacle-vivant/le-corsaire/

- LECTEUR :

LE CORSAIRE Ballet du Capitole

  • Luc Riolon
  • Spectacle
  • 2013
  • 117'

Avec ses 35 danseurs et l'orchestre national du Capitole et David Coleman à la baguette, Kader Belarbi, nouveau directeur du Ballet du Capitole de Toulouse livre sa version du Corsaire : un véritable miracle en deux actes fait de poésie orientale, d'une magnifique chorégraphie et d'émotion.

«J'ai voulu qu'il ne reste de Byron que les effluves. J’ai réécrit le livret pour le rendre plus lisible et construire une intrigue à laquelle chacun puisse se rattacher. Dans cette histoire qui semble si confuse, j'ai introduit le rôle de la Favorite du sultan».

Le grand succès du Corsaire de Lord Byron, dès sa publication en 1814, va contribuer à alimenter pendant tout le XIX° siècle le goût des artistes et du public pour l'exotisme. Victor Hugo, en 1829, dans la préface à son recueil des Orientales, ne nous dit pas autre chose :
« Il résulte de tout cela que l'Orient, soit comme image, soit comme pensée, est devenu, pour les intelligences autant que pour les imaginations, une sorte de préoccupation générale. »

Le poème de Byron a été une source d'inspiration infinie pour nombre de chorégraphes, mais aucune autre version chorégraphique française n'a vu le jour depuis celle de Jules Mazilier, en 1856. Cette adaptation chorégraphique du poème de Byron, sur une musique d'Adolphe Adam, a été conçue pour le Ballet de l'Opéra de Paris. A la fin du XIX° siècle, Marius Petipa créera lui aussi sa version pour le Ballet Impérial à Saint-Pétersbourg.

Aujourd'hui, Kader Belarbi, tout en s'inspirant de Byron, en réorganise les scènes musicales et chorégraphiques dans une nouvelle cohérence narrative, créant un ballet alliant styles académique et orientaliste. La chorégraphie joue sur la virtuosité des ensembles et des variations solistes, l'esprit du ballet romantique et ses entrelacs, les péripéties de l'action et l'exotisme des divertissements.
Les décors et les costumes offrent une mosaïque aux couleurs d'un Orient imaginaire et participent au plaisir d'un grand ballet épique.

  • RÉALISATION

    Luc Riolon

  • CO-PRODUCTION

    Cinétévé - Théâtre du Capitole de Toulouse, Mezzo

    Avec la participation de France Télévisions, Arte Live Web

  • DURÉE

    117'

  • DIFFUSEUR

    Mezzo, France 3, ARTE Live Web

  • AUTEUR

    Argument de Kader Belarbi Inspiré du poème de Lord Byron The Corsair (1814) Création du ballet original dans la chorégraphie de Joseph Mazilier par le Ballet du Théâtre impérial de l’Opéra de Paris le 23 janvier 1856

  • ÉQUIPE TECHNIQUE

    Décors: Sylvie Olivé
    Costumes : Olivier Bériot
    Lumières : Marion Hewlett

  • ÉLÉMENTS ARTISTIQUES

    Musique : Adolphe Adam, Anton Arenski, David Coleman,
    Edouard Lalo, Jules Massenet, Jean Sibelius

    Chorégraphie et mise en scène :
    Kader Belarbi
    Ballet du Capitole

    Orchestre national du Capitole

    Direction musicale
    David Coleman


  • SPÉCIFICITÉ

    Enregistré au Théâtre du Capitole
    Direction artistique : Frédéric Chambert
    Direction de la danse : Kader Belarbi

    Toulouse, 19 mai 2013

  • COPYRIGHT

    Cinétévé - Théâtre national du Capitole - Mezzo, 2013

    Copyright Photo: Ballet du Capitole de Toulouse, Maria Gutierrez (La Belle esclave) et Davit Galstyan (Le Corsaire) – crédit Francette Levieux